home page

Louis Couperin

Né à Chaumes en Brie en 1626
Mort à Paris le 29 août 1661

 
Français

Elève de Champion de Chambonnières

La tradition veut que les trois jeunes gens, Louis, François et Charles, se soient présentés en 1650 à la propriété que Jacques Champion de Chambonnières, claveciniste du roi, possédait près de Chaumes, afin de lui donner une aubade à l’occasion de sa fête. Surpris de la qualité de la musique, Chambonnières demanda le nom de l’auteur : c’était Louis, à qui il proposa séance tenante de « monter » avec lui à Paris, disant qu’« un homme tel que lui n’était pas fait pour rester dans une province ».
Louis Couperin (1626 env.-1661) était alors clerc de notaire. La première pièce signée de lui, sur le manuscrit Oldham, est datée de 1651, soit quelques mois après son arrivée dans la capitale. Son nom apparaît presque aussitôt parmi les interprètes de la musique des ballets de cour et, en 1653, il est organiste de Saint-Gervais, l’un des grands postes de la capitale. La tradition veut encore qu’il ait été pressenti pour le titre de claveciniste de la Chambre du roi et qu’il ait refusé, du vivant de Chambonnières, par égard pour celui qu’il considérait comme son bienfaiteur. On créa pour lui une charge nouvelle de dessus de viole, qu’il accepta.
Il semble qu’il ait fréquenté Johann Jacob Froberger, lors de son séjour à Paris en 1652, et qu’il ait eu, par cet intermédiaire, la révélation de l’œuvre de Girolamo Frescobaldi. Son œuvre est peu abondante, car il disparut prématurément le 29 août 1661, dix ans à peine après son arrivée à Paris ; mais cette œuvre est remarquable en tout point : deux fantaisies pour les violes, deux pour les hautbois, trois « simphonies » pour cordes en trio, cent trente pièces de clavecin environ, soixante-dix pièces d’orgue. Ces dernières se rapprochent parfois du style polyphonique sévère, sur thèmes liturgiques, de Jehan Titelouze, ou, au contraire, dans une manière beaucoup plus libre, font apparaître les premières basses de trompette, de cornet, de cromorne, genre qui sera si populaire en France après lui.
Son œuvre de clavecin est admirable d’un bout à l’autre. Elle se rattache à la tradition de la suite, à l’instar de son protecteur Chambonnières : allemandes, courantes, sarabandes et, surtout, chaconnes et passacailles, dont il a fait ses genres favoris. Mais cette œuvre pour clavecin s’émancipe de la danse, au contact à la fois de l’art des luthistes et de celui des clavecinistes italiens. Le prélude non mesuré des premiers, la fantasia des seconds lui inspirent un style d’une extrême liberté, renforcé par un lyrisme et une poésie intenses.

Pierre-Paul Lacas
Musicologue

Suites pour clavecin

Première suite

  • Prélude
  • Allemande
  • Courante
  • Sarabande
  • Gaillarde
  • Chaconne

Naxos 8.550922

Deuxième suite

  • Prélude à l’imitation de Monsieur de Froberger
  • Allemande – l’aimable
  • Courante – La mignonne
  • Sarabande
  • La Piémontaise
  • Menuet du Poitou et son double

Naxos 8.550922

Troisième suite

  • Prélude
  • Allemande
  • Courante
  • Sarabande
  • Passacaille

Naxos 8.550922

Quatrième suite

  • Prélude
  • Allemande grave
  • Courante
  • Sarabande
  • Branle basque
  • Gigue
  • Gaillarde
  • Chaconne

Naxos 8.550922

Tombeau de Monsieur de Blancrocher

Naxos 8.550922

 

Duo (orgue)

Naxos 8.553215

Fantaisie (orgue)

Naxos 8.553215

 

texte de Didier Descouens (email)

mailto: italianopera

 
Listen to MP3
 

  Italian Opera: sheet music, free MIDI, MP3 - DVD  PARTITIONS

 
Anna & Luca's Music Home Page ©